Passage post kidouch LEMIVTSA AL RIFTA Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
AKazan



Messages: 104

MessagePosté le: Mer 24 Décembre 2014, 15:35 Répondre en citantRevenir en haut

Kvod haRabbanim,

Pourriez-vous m'indiquer à quoi correspond le passage que certaines communautés chantent entre le kidouch de chabat et motsi, "Lemivtsa al rivta [etc.] " ?

Quel est l'origine de ce texte, son sens, et son lien avec chabat ?

En vous remerciant d'avance !
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3821

MessagePosté le: Sam 23 Mars 2019, 23:32 Répondre en citantRevenir en haut

Citation:
Pourriez-vous m'indiquer à quoi correspond le passage que certaines communautés chantent entre le kidouch de chabat et motsi, "Lemivtsa al rivta [etc.] " ?
Quel est l'origine de ce texte, son sens, et son lien avec chabat ?


Ce n’est pas Rivta mais Rifta , "pain" en araméen.

C’est un Minhag marocain répandu. A la base, c’est une strophe du Azamer Bishva’hin (dans Atkinou Seoudata du soir), un chant kabbalistique du Arizal (signé par les initiales de chaque phrase « Ani Its’hak Loria ben Shlomo ») , c’est la partie finale, qui chante les louanges du pain et de l’huile d’olive comparée dans son écoulement silencieux aux secrets de kabbale.

c’est en araméen, en voici les paroles :

למבצע על רפתא, כזיתא וכביעתא, תרין יודי"ן נקטא, סתימין ופרישין.
משח זיתא דכיא, דטחנין ריחיא, ונגדין נחליא, בגוה בלחישין.
הלא נימא רזין. ומילין דגניזין. דליתהון מתחזין. טמירין וכבישין.
אתעטרת כלה, ברזין דלעילא, בגו האי הילולא, דעירין קדישין.


Et en voici une traduction en hébreu :

לבצוע על הפת, כזית וכביצה, שני יודי"ם לקוחה, סתומים ומפורשים.
שמן זית זך, שטוחנים הריחים, ומושכים הנחלים בתוכה בלחישות.
הלא נאמר סודות, ומלים הגנוזים, שאינם נראים, טמונים וכבושים.
נתעטרה הכלה, בסודות של מעלה, בתוך הילולה זו של מלאכים קדושים.


Je crois que le traduire en français n’aurait aucun sens (-déjà en hébreu…) car il faut comprendre les allusions qui ne sont repérables qu’à travers les expressions consacrées selon la convention.

Ce chant est lié à shabbat (la Kala en question) et plus particulièrement au vendredi soir –alias ‘Hakal Tapou’hin (-voilà un exemple de traduction futile : à quoi servirait de traduire ces mots en « verger de pommes » ? Quel lien entre les pommes et la première partie du shabbat ? c’est pourquoi j’écrivais que ces expressions ne se traduisent pas vraiment.)
[Les marocains ajoutent ensuite Al Hakol et Potéa’h…]

Rabbi Yossef Messas écrit (Shout Mayim ‘Hayim I, §67) qu’il a cherché le sens du Leshem Yi’houd qu’il était habitué à dire et n’a rien trouvé de satisfaisant car c’est un texte kabbalistique et « les vrais kabbalistes sont en voie de disparition, substitués par des écervelés à l’imagination débordante qui jouent aux Guematriot » -C’est une traduction libre. Voici ses mots (un peu plus brutaux) en hébreu :

ובזמה"ז תמה ונשלמה חכמת הקבלה מערי המערב, ותחתיה עמדה קבלה חדשה אצל בעלי הדמיון, מלאה... רק חלופי אותיות וגמטריות וסודות מעולפים בדברי הבאי אשר בדו מלבם ריקי המוח


Voyant qu’il ne trouvait pas d’explication au Leshem Yi’houd en dépit de tous les kabbalistes qu’il avait pu consulter sur cette question (et qui lui répondaient des inventions de leur cru, sans fondement et parfois hérétiques !) , il décida d’arrêter de le dire.
Mais il précise qu’il continu toujours de dire le « Lemivtsa Al Rifta » (sous-entendu : bien que ce soit tout autant incompréhensible) en raison de son air sympathique auquel il est attaché (pour אהבת הנגון ) .

Je suppose que d'autres se lanceraient volontiers dans des "explications kabbalistiques" sur la profondeur de chaque mot du Lemivtsa Al Rifta , mais ce n'est pas mon domaine et je craindrais d'être parmi ceux que Rav Messas critiquait à ce sujet.
verna



Messages: 31

MessagePosté le: Jeu 23 Mai 2019, 17:05 Répondre en citantRevenir en haut

Bonjour Rav Wattenberg,

J'avais écouté votre cours sur leshem yihoud il y a quelques années, et j'en suis sorti convaincu de ne plus le faire.
En lisant le tanya, je m'apercois que le baal hatanya tient compte de la petitesse de son public et explique le leshem yihoud de facon accessible et justifie meme que ceux qui ne le comprennent pas profondément le fassent :

https://he.chabad.org/library/article_cdo/aid/535761/jewish/-.htm



Qu'en pensez vous ?

Merci
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3821

MessagePosté le: Mer 29 Mai 2019, 10:29 Répondre en citantRevenir en haut

Je ne saisis pas bien la question, qu'est-ce que j'en pense? Mais que le Baal Hatanya disait le Leshem Yi'houd !
:)

Les opinions sont (comme souvent) partagées, il y a les partisans du Leshem Yi'houd et les opposants...

Il est intéressant de souligner que le Baal Hatanya (Likoutei Amarim §41 -58a) apporte une critique du Leshem Yi'houd en ce qu'il serait mensonger de le réciter (car on ne souhaite pas vraiment et uniquement le Yi'houd Hashem, on souhaite aussi son propre intérêt "leRavot nafsho Hatseméa lashem" ) , mais il considère que pour la petite parcelle de vrai (car tout juif souhaite aussi le Yi'houd Hashem) , il convient de s'habituer à le réciter (dans l'espoir de développer en soi le souhait du Yi'houd Hashem) .

En tout état de cause, comme je l'ai (de mémoire) déjà indiqué dans ce cours que vous mentionnez, le Baal Hatanya préconise de ne PAS dire le Leshem Yi'houd à tout bout de champ mais seulement une fois le matin (comme on le constate dans son Sidour ) qui vaudra pour toute la journée.
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum